Quebec

le Québec

part 1

Chapter 1

Chapter 1.1 - Montréal

Tout commence au QUEBEC...!

qui a vu l'ours?

Le 12 juillet, jour du départ tant attendu, est arrivé! L'excitation et les derniers préparatifs nous ont gardé debout tard dans la nuit du 11 au 12 juillet. Lorsque le réveil sonne à 5h du matin pour aller prendre notre taxi, il nous fait l'effet d'un gong qui nous tire d'une léthargie profonde. Il marque le départ d'une aventure formidable en famille; une parenthèse enchantée pour se retrouver, mais aussi se découvrir. À situation nouvelle, comportements nouveaux, les enfants sont tellement plein de ressources, nous sommes impatients de les voir évoluer sur la route!

Après huit heures de vol sans cris, ni larmes grâce aux moyens audiovisuels d'Aircanada, nous voici de l'autre côté de l'Atlantique, à Montréal. Mathias et Tobias récupèrent nos SUV XXL chez le loueur, pendant que les enfants se défoulent en démontant les sièges de la salle d'attente...

Notre sympathique appartement airbnb dans le quartier trendy du Plateau est une excellente base pour nos pérégrinations dans cette ville cosmopolite. Dès 6h du matin, décalage horaire oblige, les enfants peuvent jouer bruyamment tous les cinq, pendant que nous émergeons de nos conversations philosophiques de la veille.

Nous troquons les voitures pour un set de vélos et partons à l'assaut de la ville, sur un réseau de pistes cyclables bien meilleur que chez nous. 

Premier jour, premier défi. Gravir le Mont-Royal à vélo. C'est le "Tour de France" nous disent les enfants. Chacun choisit son équipe (le Canada, la Suisse, le canton de Vaud, la Mongolie, la France...). Voulant raccourcir l'effort, Aurélie coupe, avec Juliette sur la girafe, par les chemins de traverse. Lorsqu'elles arrivent au sommet, personne. Wahou! On a été super rapides! En réalité, elles ne sont pas au bon belvédère et le pauvre Mathias doit faire trois fois l'ascension pour les retrouver...Bravo, Auré!

 

Au Canada, tout est plus grand, plus large, même en ville. Christelle nous a concocté un petit tour du Canal Lachine à vélo, mais après 1h de pédalage intense, force est de constater que nous n'avons même pas fait un quart du parcours. Le ciel s'assombrissant et les estomacs de chacun vrombissant, nous rebroussons chemin et trouvons refuge par hasard au marché Atwater. Belle trouvaille que ces étales de produits frais de la région et ces stands de "fast-food" conviviaux. La météo ne nous fait de cadeaux et c'est sous une pluie battante que nous regagnons nos pénates avec trois enfants frigorifiés par la pluie sur leurs vélos, les plus jeunes étant épargnés, protégés par la capote de leur charrette. Un bon pain au chocolat de "Monsieur Pinchot" et la péripétie est déjà oubliée!

survol du parc en hydravion

Nous quittons la ville de Montréal et son agitation après avoir foulé la sacro-sainte patinoire des "Canadiens" et tremblé pour les acrobates du cirque du soleil. Nous allons chercher un autre Quebec, celui des cartes postales, et roulons au son de la radio Country vers le Parc national de la Mauricie. Au dépanneur du coin, les villageois nous recommandent baignade et pique-nique au lac Édouard dans le parc. Les enfants piaffent d'impatience, ils veulent voir le "vrai" Canada! Encas dans le coffre, nous parcourons les 20 km qui nous séparent du point d'eau. À 200 m du parking, la pluie revient de plus belle et vide les lieux de ses visiteurs. Tant mieux pour nous! Nous ne sommes pas venus là pour rien. Nous prenons possession de la meilleure table avec vue grandiose et accès direct à la plage. Emmitouflés dans nos k-ways, nous savourons ce premier aperçu de la nature sauvage. La météo nous le rend bien. Le soleil revient et le lac s'avère être très propice à la baignade. Un bonheur pour les enfants! 

Au coucher du soleil, les plus grands guettent le moindre mouvement dans la cache d'Eric, l'homme qui murmurait à l'oreille des ours. Après une heure d'attente, qui semble une éternité dans la perception spatio-temporelle de nos progénitures, les plantigrades apparaissent enfin. Ce soir-là, nous aurons la chance d'observer trois spécimens dans leur milieu naturel. 

Chapter 1.2 - Parc national de la mauricie

Chapter 1.3 - Parc du bic

Le plus long trajet du séjour nous attend, presque 6 heures de route pour atteindre le bout du monde, la pointe percée en Gaspésie. Aventureux, nous décidons de passer par le sud et de longer la baie des Chaleurs. Première partie du voyage; nous suivons la rivière Matapedia, les pêcheurs à la mouche et les camions chargés de troncs. Pas de doute, nous sommes au Canada. Pendant que ce paysage défile sous nos yeux d'adultes émerveillés, les enfants regardent Madagascar sur le PC...

Nous atteignons la baie des Chaleurs, de l'autre côté du pont, le Nouveau Brunschwig et les Acadiens attisent notre curiosité. Ce sera pour un autre voyage!

Nous continuons notre chemin et nous laissons prendre par le charme de cette route côtière. Les derniers kilomètres nous semblent toutefois interminables.  À l'arrivée, l'accent très prononcé et la rudesse de la réceptionniste des chalets, combinés à notre grande fatigue, nous entraînent dans un fou rire général. 

Le Canada, ses lacs, ses rivières, ses forêts...Nous décidons de prendre de la hauteur pour admirer ce paysage sauvage et tentons l'expérience de l'hydravion. Le charme du pilote ne gâche rien au plaisir des mamans, dommage qu'il soit assez antipathique. Les enfants sont aux anges et parés de nos casques, nous décollons sous un boucan d'enfer. Au milieu des arbres, nous découvrons les lacs aux castors avec leurs petites huttes et leurs barrages en bois. Nous sommes dans la peau d'un oiseau, un faucon pèlerin ou une bernache du Canada, nous dit Johan. Tout est vert. Même le visage de deux des enfants qui se crispe. Nous sortons les sacs à vomi. Trop tard. Il est temps de retourner au bercail. Nous amerrissons en douceur sur la rivière. La joie et la bonne humeur sont de retour.